Récapitulatif n°16, 08/03/12

Je me demande si ce récap' sera le dernier récap' puissance de 2.

Bref en tout cas un récap' puissance de 2 étant toujours important, c'est le moment de faire le point, peu avant la rentrée, un point récap' comme à la belle époque. Un billet sans photos, car pas d'avancées majeures donc pas de belles choses à visualiser. Pas encore.

 

Ce qui a été fait

- Le concours des olympiades de physique. Ne revenons pas là-dessus, c'était super et ça s'est bien passé pour nous.

- La vidéo pour le concours C.Génial. L'occasion, comme on a pu le voir, de rigoler un peu, tant pendant le tournage que pendant le montage.

 

Mais il reste encore des tas de choses à faire !

 

Les choses à faire

Pour le concours C.Génial :

- N'oublions pas de rendre le dossier et la vidéo avant le 14 mars (info piquée sur le site de Flavio !). Ce ne serait pas de bol.

- Pour le concours C.Génial, nous souhaitons mettre en avant une certaine concrétisation industrielle possible pour notre sujet. Il ne faut donc pas oublier de faire la liste de questions, pour l'entreprise.

- Attention l'oral de C.Génial n'est que de 15 minutes, celui des olympiades, déjà incroyablement court, était de 20 minutes. Il faudra donc retravailler l'oral, et le diapo aussi (enlever la partie laser ? Garder l'expérience ?). Parce qu'on aura des nouvelles choses à dire, aussi. Je crois que ça risque d'être un peu galère, tout ça. On a pris nos habitudes à l'oral, il va falloir encore enlever des choses… Le concours est le 12 mai.

- Nous allons visiter l'institut de nanosciences Pierre et Marie Curie, l'INSP (http://www.insp.upmc.fr/). C'est la visite qu'on a gagnée aux olympiades. Il faudra aussi préparer une liste de questions à poser, peut-être. En tout cas le but étant de faire le lien entre la diffraction rayons X (diffraction à l'échelle de l'atome) et l'étude des matériaux, et notre diffraction des ondes centimétriques. Lien entre notre sujet et études réelles des matériaux, dans un labo du CNRS.

- D'un point de vue plus expérimental, quelques avancées à faire aussi. Surtout pour l'expérience du cristal tournant (l'expérience des billes et du laser ne pouvant, dans l'état actuel des choses, aller beaucoup plus loin). Il faudra donc faire des essais avec un cristal dans lequel on insère un défaut (et on a ainsi un lien avec les défauts dans les cristaux réels). Donc je pense qu'il faut prendre notre cristal d'alu, et enlever ou ajouter une tige. On pourra alors comparer le nouveau diffractogramme avec l'ancien. A priori, on peut supposer que les intensités des pics de diffraction seront moindres (si on enlève des tiges il y a moins de familles donc intensité moindre, et si on ajoute une tige il y aura interférences destructives). On verra si l'hypothèse est validée. C'est la chose principale à faire, je crois, parce qu'on ne peut pas (à moins d'emprunter un cristal à la fac) étudier un cristal avec une structure autre que cubique, il faudrait en trouver ou en acheter, ce qui n'est pas à l'ordre du jour.

 

Le diffractogramme du cristal en bleu, en rouge l'hypothèse de la baisse d'intensité :

C'est du a priori obligatoirement, parce que la baisse d'intensité ne se fera pas forcément de la même manière selon l'endroit où on place le défaut.

Bref.

 

Pour le concours Google :

- J'ai commencé à rédiger des petits paragraphes comme il est demandé pour le GSF. Tout doit être organisé selon 11 parties : Synthèse (j'y reviendrai), à propos de nous, problématique, hypothèse, documentation, expériences, résultats, exploitation, conclusion, biblio, remerciements. Chaque partie doit être composée d'un petit texte explicatif avec un nombre maximum de mots (attention c'est souvent très court). Cela suit la démarche scientifique habituelle. Donc à rédiger, tout ça, AVANT LE PREMIER AVRIL !

- Pour la synthèse, il faut un petit texte explicatif (qui suit), et une vidéo de 2 minutes ou 20 diapos. Ne pouvant réduire notre projet à une vidéo de 2 minutes, nous allons privilégier les 20 diapos, exercice assez difficile pour tout synthétiser, mais il faut le faire, et ça nous permettra d'expérimenter un nouveau moyen de communication : la présentation diapo sans oral.

Le petit texte de présentation :

Nous sommes trois élèves au lycée Pothier à Orléans, en France. Nous avons toujours voulu comprendre comment voir la matière, c'est-à-dire comment retrouver une structure composée d'atomes, qui constituent la matière qui nous entoure. Le Google Science Fair nous permet de mener un projet qui nous permette de "plonger vers l'invisible".

 

L'étude de la structure d'un matériau est essentielle pour connaître ses propriétés. L'interaction lumière - matière est au cœur du problème. Suivant la taille de la structure étudiée, il faut choisir le  bon rayonnement et le  bon détecteur.  Usuellement, ce sont les rayons X qui sont utilisés.  Pour des raisons de commodité et de sécurité, la matière est ici modélisée par une monocouche de billes transparentes de quelques millimètres de diamètre, un voilage et des « mégacristaux » dont le pas est de quatre centimètres. Dans le premier cas, c'est l'intensité de la lumière blanche transmise qui donne une approche de la répartition des billes. Dans les deux autres cas, la diffraction d'un faisceau laser ou d'ondes centimétriques permet d'imager la structure étudiée.

 

- Le site (les 10 pages forment un site, et c'est ce qui est jugé) peut être en français, mais peut-être pouvons-nous le rédiger en anglais, pour nous entraîner en anglais, et pour éviter les erreurs de traduction, et avoir le plus de chances possibles si on est pris pour le niveau au-dessus. Il faudra voir ça avec la prof d'anglais, qui nous a déjà beaucoup aidé. Il faudra je pense, rédiger tout au préalable en français, puis traduire rapidement et revoir les expressions scientifiques.

 

Voilà mine de rien il reste du boulot !