Récap'2 (15/04/11) 

C'est parti pour le deuxième récap' de ces Olympiades, et pour l'agrandissement de la galerie photo !

Rappel de la séance (on va en avoir besoin, c'est les vacances) :

• On a commencé par étalonner, non sans quelques difficultés, notre dispositif. La précision n'est pas super, espérons que cela n'influera pas trop sur les résultats. On obtient que, lorsque l'on fait un tour, le dispositif avance d'environ 0,6 cm.

Photographie de la manip' :

Résultats obtenus sur le papier millimétré (7 points, mais le cinquième est peu visible) :

• On a aussi mesuré le diamètre des différentes billes en verre à l'aide d'un pied à coulisse. Les plus petites billes ont un diamètre de l'ordre de 0,4 cm ; les plus grosses, de 0,5 cm. Il faudra voir si on ne peut pas mesurer la taille des billes plus précisément au labo des SVT.

Photographie de la « manip' » pour une petite bille :

• Nous avons mis en place le montage. Donc, là, beaucoup de photos. Il consiste à mettre le « pot » contenant des billes entre deux pieds élévateurs, de telle façon à ce que la lumière puisse traverser verre par en-dessous. Il suffit alors, avec le dispositif, qui pose encore problème, de faire avancer par translation la photorésistance.

 

Le problème pour la manip' est de fixer la photorésistance au montage sans qu'elle tourne. Des idées de tiges, de ressorts nous sont venues, mais on partirais plus sur les tiges : il faudrait les attacher au bout de bois percé, auquel est fixé un bout de métal, qui tiendrait la photorésistance. Yohann s'est chargé d'essayer de résoudre ce problème pendant les vacances. Tu as tout notre soutien ! J

• Yohann a testé son matériel pour l'expérience. Le réglage a été, me semble-t-il, un peu compliqué, mais on parvient à obtenir un graphique en direct. Je sais plus, mais je crois que « lorsque la courbe monte » (je suis mort), la photorésistance perçoit moins de lumière que quand « la courbe descend » (je suis doublement mort).

Quelques photos, avec le super appareil de Yohann :

Les graphiques sont-ils assez exploitables pour l'expérience ? Le seul problème est qu'il n'y a pas les valeurs. On peut toujours utiliser la méthode du multimètre, insérer les valeurs sur Excel, et obtenir un graphique « surface », mais c'est plus galère.

On s'est néanmoins aperçu qu'il ne faut pas surcharger le montage en lumière afin de ne pas saturer les photorésistances. Une seule lampe suffira donc : il faudra savoir où la mettre.

• A la fin de la séance, nous avons essayé de prendre des mesures, d'abord à l'aide d'un multimètre, puis avec un oscilloscope, faites en bougeant manuellement la photorésistance. Ces mesures ne sont néanmoins qu'un ordre d'idées, elles ne correspondent pas aux conditions de manipulation et de précision que l'on prévoit (dispositif qui permet de faire avancer de manière stable la photorésistance) et pour un tel objectif.

Je pense que tout ce qui a été fait durant cette séance a, en gros, été dit.

Conclusions :

1/ « Comment fixer la photorésistance sur la diode ? » © Ou plutôt, comment fixer la photorésistance sur le dispositif ?

2/ Il faut, comme l'a dit Charlie la semaine dernière, mais d'autant parce que c'est les vacances (!), réfléchir à une suite, une autre expérience, modélisation…

3/ Réfléchir aux autres problèmes rencontrés, notamment la saturation en lumière, parce qu'il faut qu'elle soit la même partout… On pourrait mettre la lumière en dessous, comme ce que l'on a fait hier, mais on pourrait capter directement la lumière, sans qu'elle ait traversé une bille…

4/ On n'a pas fait grand-chose pendant cette séance, mais on a pas mal réfléchi. C'était nécessaire. « Les bases » (étalonnages, mise en place du montage, résultats en direct) sont posées ; on sait à peu près quels problèmes on devrait rencontrés, et on aurait une solution pour fixer la photorésistance ! On avance !

 

A ne surtout surtout surtout surtout pas oublier (surtout pas) :

Le mot pour Madame Baurrier. Elle nous a demandé dans le cahier de faire faire à nos parents une autorisation permanente pour qu'elle puisse nous transporter dans sa voiture entre le lycée et Orléans la Source (CNRS ou Université).

Je propose de terminer ce récap' par d'autres photos :

Vos commentaires :